La piscine municipale

 Piscine Georges de Lalyman

 
 

 

Joseph de Lalyman, un passionné

C’est Mme De Lavenère, sa fille, qui nous a confié ce portrait d’un homme
dont tous les Mézinais peuvent se sentir fiers.

Il naît à Mézin le 19 mars 1886 et après des études secondaires au Collège Saint Elme d’Arcachon, il intègre l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales en 1908. C’est déjà un excellent nageur car, à 22 ans, il réalise la traversée à la nage du Golfe de Gascogne (30 km).

La déclaration de guerre le surprend, en 1914, à Nîmes où il travaille pour la Compagnie de chemin de fer P.L.M. (Paris-Lyon-Méditerranée). Sa conduite au feu lui vaut la Croix de Guerre et les galons de Lieutenant. Il est grièvement blessé à la bataille de la Marne.

Après cette dure épreuve, à 32 ans, il va conduire sa vie professionnelle et familiale tout en développant sa passion pour la natation, car pour lui, ce n’est pas qu’un sport mais une fonction naturelle de l’homme.

C’est ainsi que le 8 août 1920, il parcourt en immersion une distance de 90 m (il l’améliorera à 112 m) et réalise un séjour statique d’une durée de 3’48’’ (qu’il prolongera à 4’28’’). Il plonge à une profondeur de 12 mètres.

Toujours en 1920, il signe, avec son ami Georges Pouliquen (très grand sportif qu’il admire beaucoup), un petit manuel : « La vraie natation et en particulier la Plongée, facteur essentiel de la natation ».

Et en 1927, chez Grasset : « Comment vivre sous les eaux ou les lois du sauvetage : le secret du plongeur ».

page-0001

Entre ces deux dates il a pu approfondir ses connaissances et ses réflexions comme membre de la Commission de Sauvetage de la Fédération Française de Natation et de Sauvetage où il est récompensé par du bronze (en 1923), de l’argent (en 1924) et de l’or (en 1926) pour son travail à la cause fédérale.

La vraie problématique de l’homme confronté à l’espace aquatique, c’est d’acquérir la capacité à vivre dans l’eau avant que de nager vite, longtemps ou profond et éventuellement sauver son prochain.

Dès 1921, il invente une technique de respiration aquatique dans laquelle il utilise l’air de l’estomac. Il la présentera aux membres de l’Académie des Sciences.

Un dessin animé scientifique sur le sujet sera projeté à la Sorbonne le 17 janvier 1923. Conférencier de talent et infatigable, il est accrédité auprès des Ecoles Militaires de prestige pour parler de ces sujets qui lui tiennent tellement à cœur.

Son décès prématuré (à 47 ans, des suites d’une péritonite) va interrompre ses recherches.

C’est toute la Nation qui lui rend hommage en ce mois d’octobre 1933.

Envoyer Imprimer PDF