L’ancienne capitale du bouchon de liège

La vaste forêt landaise n’a pas toujours été là…

Un autre arbre que le pin se plaît beaucoup dans nos contrées où le sol est sablo-argileux.
Il est beau, majestueux, il peut devenir très vieux.

Qui est-ce que le "querçus suber" ? C'est le nom latin du chêne-liège ! Photo : chêne-liège pluricentenaire, forêt du Padouen, Andiran

chene liege padouen andiran 47 2012

Le « surrier », un arbre aux pouvoirs « magiques »

  • Il est capable de fabriquer une écorce dont chaque cm3 contient 15 à 30 millions de cellules remplies d’air,
  • Il est capable, quand on vient le démascler, de recommencer cet exploit tous les 10 ans à peu près,
levee-liege-aout-2010-1 levee-liege-aout-2010-1
Démonstration de levée d'écorce de liège avc l'association Le liège gascon, août 2010, forêt du Padouen, Andiran

 

Vous en connaissez beaucoup des arbres comme lui ?

Les forêts de chêne-liège, appelées "suberaies", ont été très nombreuses dans notre région ; on a compté jusqu’à 5 600 ha de suberaies en Lot-et-Garonne.

En 1709, l’hiver est un des plus froids que l’histoire ait enregistré…. Les peuplements de chêne-liège, dont l'écorce avait été levée quelques mois plus tôt, ne s'en remettent pas.
L’année suivante, les propriétaires des forêts demandent aux consuls l’exonération des « tailles » afin de pouvoir replanter des chêne-liège. Ils espèrent que 60 ans plus tard, les forêts de surriers soient reconstituées.

Un nouvel épisode de gel s'est reproduit en 1830, il est tout aussi néfaste que le rude hiver de 1709. Aussi, en 1854, Napoléon III signe un arrêté pour la plantation des pins maritimes. C'est ainsi que les forêts de chêne-liège s'effacent progressivement des paysages gascons et landais. Une majorité du liège transformé à Mézin est alors importé d’Afrique du Nord et du Portugal.

Les bouchonniers étaient bien implantés à Mézin, mais aussi dans tout l'Albret

En 1906, Mézin compte 2 700 habitants et 1 500 d’entre d’eux travaillent dans une trentaine de petites fabriques ou à domicile, pour le compte de quelques grandes entreprises nouvellement installées. Chaque semaine, 4 à 5 millions de bouchons sont fabriqués à Mézin !

De nombreuses bouchonneries sont également implantées dans les communes voisines : Lavardac, Barbaste, Nérac, Poudenas, Vianne, Buzet-sur-Baïse... 

La suite de l’histoire du liège et du bouchon ?

Allez visiter le Musée du liège et du bouchon
Envoyer Imprimer PDF