Un Président de la République

Armand Fallières sous la IIIe République

Bien sûr c’était sous la IIIe République, mais quand même ! Mézin est fière d’avoir donné naissance à un tel personnage.

Armand Fallières est né en 1841, dans une maison accolée à l’Eglise Saint-Jean-Baptiste (les permis de construire étaient très libres à l’époque…)

 

Son grand-père était maréchal-ferrant et son père greffier de justice de paix : une famille assez aisée qui va payer des études solides à ce garçon (son frère et sa sœur décèdent très jeunes.)

Il ira même étudier au lycée d’Angoulême (pour perdre son accent !.)

À Paris où il va faire son droit, il déserte très vite les cours de la Faculté pour les réunions politiques des leaders républicains. Il a de fréquentes altercations avec les policiers impériaux et passe quelques heures aux différents postes de police de la rive Gauche…. (Et il échoue à ses examens!)

Rapatriement d’urgence à Toulouse et là, il se montre enfin un étudiant sage et zélé. Et en 1863 il revêt la toge d’avocat, à Nérac, où il va s’affirmer comme un leader local et départemental.

 Armand-Fallieres-36-ans

Il gravit patiemment tous les échelons de la politique, maire de Nérac, conseiller général de Lot-et-Garonne, député, ministre (10 fois) et président du Sénat.

Il était donc l’homme de la situation pour prendre la responsabilité suprême, ce 18 février 1906.

 Armand-Fallieres-65-ans

"Le Congrès de Versailles a élu un Républicain. Il n’essayera pas du pouvoir personnel, éloignera de lui toute idée d’aventure, laissera le Gouvernement gouverner et le Parlement légiférer.
Telle sera, pendant toute la durée du septennat qui commence, la conception politique qui règnera à l’Elysée."

L’Illustration (20 janvier 1906)

 

Ses présidents du Conseil les « premiers ministres » de l’époque, il sait les choisir : Clémenceau, Briand, Caillaux et Poincaré. Et pendant ses 7 années de présidence, il va soutenir des textes importants : la Loi de séparation des Eglises et de l’Etat – des lois sur les retraites, sur le repos dominical, et l’installation dans la région de l’appellation Armagnac !

C’est un amateur de vins et il n’abandonnera jamais sa propriété et son vignoble du Loupillon à Villeneuve de Mézin.

 Armand-Fallieres-vignes-Loupillon

 

Et tout début octobre, en 1906, tout jeune Président de la République il n’a que 65 ans, il vient rendre visite à sa belle ville de Mézin. Trois jours de fêtes ! Un banquet de 1 000 convives !

 visite 1906 arrivée en gare de Mézin
 visite 1906 devant l'église

 visite 1906 de la mairie

 

 

Jamais, dira-t-on, la République n’a été aussi heureuse que sous Fallières.

 Armand-Fallieres-retraite

 

Bibliographie utilisée pour évoquer l’histoire de MEZIN :

« A la recherche de l’histoire de Mézin » - Stuart MUNRO-HAY – MEZIN 2000
« La reconquête de la mémoire » Edts Le Festin
« Mézin » par Charles Bastard
« Mézin » André Fondecave instituteur honoraire – juin 1971
Documents disponibles à la bibliothèque de Mézin

Envoyer Imprimer PDF