Les remparts

L'origine de trois siècles de guerre...

Depuis le 10e siècle, la Gascogne était aux comtes de Poitiers, ducs d’Aquitaine. A la mort de son père, Guillaume X, Eléonore lui succéda. Suite à son divorce d’avec Louis le Jeune, fils de Louis le Gros roi de France, elle récupéra le duché d’Aquitaine qu’elle donna par mariage à Henri Plantagenet, qui devient roi d’Angleterre en 1154. Ce fut là l’origine de la guerre qui, pendant trois siècles, déchira la France.

1-F-Parron_thumb

Château de Parron

Mézin passa sous la domination anglaise. Et, tour à tour, elle fut avec l’une et l’autre des parties.

Au 13e siècle l’existence d’une organisation municipale à Mézin est attestée par son adhésion en 1224 à la ligue établie entre les villes d’Agen, Condom et le Mas d’Agenais.

Article 4 des coutumes de Mézin en 1304 : Tous les ans, entre la Toussaint et Noël, les consuls devaient rendre compte de leur charge en présence du peuple (convoqué par trompette ou par cri) et de six contrôleurs pris à raison de deux par quartier.

Les consuls administraient la ville mais le prieur des Bénédictins y rendait la justice, et en qualité de seigneur, prononçait des sentences arbitrales.

 

1-H-Poudenas-eglise_thumb

Eglise de Poudenas

La politique anglaise fut très adroite. Edouard III chercha à s’attacher les populations de son duché de Gascogne. Mézin a bien profité des concessions et privilèges que lui ont octroyé les rois d’Angleterre.

Dès 1281, notre ville partage avec Agen le droit de vendre le sel dans toute la Gascogne. Avec le sel, apparaît le vin…

Les vignobles du mézinais fournissaient des vins qui furent exportés en Angleterre où ils étaient fort appréciés.

Le 20 mai 1340, il accorda à Mézin le droit de battre monnaie. Dans un autre mandement, il autorise les consuls à prélever le « taillage », le « greffe » et le « senchet » pour construire les remparts. Ils exigeront dix ans de travaux !


1-G-Trignan-chapelle-chateau1623_thumb 1-I-Carboste-tour-creneaux_thumb

Chapelle du château de Trignan

Créneaux des tours de Carboste

A cette époque Mézin compte environ 1 300 habitants logés dans 500 maisons. Pas une maison n’est construite en dehors des remparts. En sentinelles avancées, les châteaux de Parron, Trignan, Poudenas et Carboste dressent à l’horizon leurs tours et leurs créneaux.

La Guerre de Cent Ans s’acheva enfin en 1453 et Mézin fut définitivement réuni à la couronne de France « pour n’en être plus séparé pour quelque cause que ce soit. »
Envoyer Imprimer PDF