Commune de Mézin

frendeites

L'escape game du musée

affiche escape gameSur les traces d’Armand Fallières

Le Musée du liège et du bouchon s’est associé à la Compagnie Paradoxales (33) pour créer un escape game centré sur la thématique d’Armand Fallières et du liège.

De 2 à 6 joueurs, vous disposez de 60 minutes pour résoudre les différentes énigmes et sortir !

Entre amis, entre collègues ou en famille, ce jeu grandeur nature vous fera découvrir de nombreuses facettes d’Armand Fallières en vous amusant.

 

Réservation :

Le musée du liège et du bouchon

Le Musée du liège retrace l'histoire d'une activité qui a marqué le village de Mézin, mais aussi l'ensemble du territoire de l'Albret : l'exploitation du chêne-liège et l'industrie du bouchon. Il conserve une collection unique en France composée d'outils, de machines et de fonds photographiques qui témoignent d'un savoir-faire, d'une histoire économique et sociale, des évolutions techniques et des usages du liège de nos jours.


Créé en 1983 par d'anciens bouchonniers et par des Mézinais, le Musée du liège et du bouchon obtient l'appellation « Musée de France » en 2006, au regard de l'intérêt patrimonial de la collection ainsi que de la qualité de la politique des publics. Jusqu'en 2008, le Musée du liège était géré par l'Association historique et culturelle du mézinais. En 2009, il devient un service de la commune de Mézin qui est propriétaire des collections.

L'équipe professionnelle compte deux agents municipaux à temps plein : une personne chargée de l'accueil et de la communication auprès des groupes de tourisme, une personne responsable des collections, qui est aussi chargée de la médiation et de la programmation. Cette équipe est soutenue par des personnes bénévoles qui contribuent à la qualité de l'accueil du musée et des visites guidées pour les groupes de tourisme.

Une politique de valorisation et d'enrichissement des collections démarre en 2010 suite à la réalisation du récolement décennal des collections. Entre 2011 et 2014, trois fonds photographiques sont acquis après avis favorable de la commission inter-régionale d'acquisition des musées de France : le fonds Goussard (1998), le fonds Freuchet (1950), le fonds Schiro (1969). Ils témoignent de l'activité d'exploitation des forêts de chêne-liège et de la trans formation industrielle du liège en Albret. Chaque année, une exposition temporaire, présentée entre mai et octobre, permet de mettre en valeur les récentes acquisitions ou bien un thème de l'actualité du liège.

La politique des publics vise à rendre accessible les collections au plus grand nombre grâce à un service éducatif ouvert toute l'année. Toutes les structures d'accueil du jeune public sont les bienvenues : crèches, RAM, écoles, centres de loisirs, collèges, lycées, établissements d'enseignement supérieur... Des parcours et des ateliers thématiques sont créés en concertation avec les partenaires, le Conseil départemental et l'Education nationale (DSDEN et Rectorat). Consultez l'offre de médiation pour les scolaires ici. Depuis 2012, les publics en situation de handicap mental, psychique, moteur et visuel sont également accueillis avec des parcours adaptés. Consultez l'offre de médiation ici.

Une programmation culturelle est élaborée chaque année : ateliers, visites, collaborations artistiques et événements festifs permettent de découvrir les différentes facettes de l'exploitation du liège, de la mécanique ou de l'histoire sociale du monde ouvrier. Consultez le programme culturel ici.

Le Musée du liège et du bouchon vous accueille toute l'année :

musee liege bouchon mezin 47 150dpi

  • Du 1er avril au 1er juin : du mardi au vendredi de 14h à 18h, le dimanche de 14h à 18h.
  • Du 2 juin au 30 septembre : du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, du samedi au lundi de 14h à 18h.
  • Du 1er octobre au 30 novembre : du mardi au vendredi de 14h à 18h, le dimanche de 14h à 18h.
  • Du 1er décembre au 30 mars : sur réservation pour les groupes et les individuels au 05.53.65.68.16 ou sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 *Dernières entrées à 12h00 et 17h30.

  pays bas  grande bretagne 1606Accueil des publics étrangers :  drapeau espagne

Un document d'aide à la visite est mis à disposition des publics à l'entrée de chaque salle gratuitement : il est traduit en anglais, en espagnol et en néerlandais. A free record translated in english and in spanish is available at the entrance of each room for the visitors to deliver information about the collections. Una ficha gratuita esta a la disposicion de los visitantes a la entrada de cada sala, permite ayudarlos en su visita del museo.

Les publics étrangers peuvent bénéficier d'une visite guidée en anglais ou en espagnol sur réservation au 05 53 65 68 16 et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Guided tours of the museum are given in english and in spanish on reservation at 05 53 65 68 16 and Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Se puede seguir una visita en ingles o en español si la reservan al numero 05 53 65 68 16 o Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les tarifs d’entrée au Musée :

Adultes (+18 ans) : 4€ - Groupe d’adultes : 3,5€ - Groupes scolaires : 3€ - Tarif réduit : 3€ - Gratuit pour les moins de 13 ans.

Des tarifs réduits à 3€ sont accordés aux moins de 18 ans, aux plus de 60 ans, aux titulaires de la carte CEZAM, CNAS, aux demandeurs d'emplois sur présentation d'un justificatif datant de moins de 6 mois, aux étudiants sur présentation d'un justificatif en cours de validité, aux vacanciers ayant le bon "Actour 47", aux vacanciers résidents au camping de Lislebonne. 

Les moyens de paiement acceptés sont les espèces, les cartes bancaires et les chèques.

Nous contacter et nous rendre visite :

Musée du liège et du bouchon - Rue du puits saint Côme – 47170 Mézin

Tél. : 05.53.65.68.16 – Mel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Coordonnées GPS : N 44.0565° - E 0.2562°

Stationnement des véhicules et des bus :

Le parking du musée est commun avec celui de la mairie. Il se trouve place du club, derrière l'église. Un emplacement pour le stationnement d'un bus se trouve place du club, contre le mur de la nef de l'église.

Et restez connectés avec le Musée du liège par internet :

L'actualité nationale et internationale du liège sur Le blog du Musée du liège et du bouchon

Le Musée du liège en direct avec  logo facebook  logo twitter et pinterest badge red

Consultez les avis des visiteurs sur Tripadvisor !

  tripadvisor logo transp 340x80 18034 2


Welcome to the cork museum !

musee liege bouchon mezin 47 150dpiMunicipal museum of Mezin, inhabitants and cork workers created it in 1983 to preserve not only the history, but also the machines of the cork industry from the 19th to the 20th centuries. In 1999, it was restructured with the financial support of the Department Lot-et-Garonne, the Region Aquitaine and the State. In 2006, the museum received the "Musée de France" appellation by the Department of Culture. It was awarded for the high interest of the collections toward the national heritage conservation and the various cultural activities.

 

Short story of the cork

Cork's use is very old. In the 1st century AD, Pliny, in the "Natural History", wrote about cork for fishing nets, bungs, buoys and shoes. Indeed, underseas excavations in the river Rhone showed the Greco-Romans bottled wine in amphoras with corks.

expedition bouchons

In Lot-et-Garonne, we found traces of the cork barking during the reign of Louis XIVth (1643-1715) thanks to a bill of sale dated from 1682 conserved in the Departemental archives. This was the beginning of the cork industry in Lot-et-Garonne. Mezin was not the only cork industries city : nearby, there was also Sos, Poudenas, Lavardac, Barbaste, Vianne, Nerac, Buzet and Thouars. In 1830, they produced corks in 50 factories employing an average of 5 workers each. Electricity encouraged  the development of mass production, but mechanisation required big investments. The small workshops would disappear. In 1930, cork production was divided between 4 factories. In the years 1920-1930, the invention of numerous machines optimized the cork production. Every week, Mézin's factories produced 4 to 5 miliions of corks (230 millions a year). After the Secund World War, the cork industry started to decline : the Portugal made his own corks and begun the sell them in France a low price, news materials lead to substitute the cork, and the cork factories closed bit by bit. The last cork manufactory, the "SARL Giraud", closed in 2009.

What can you see in the Cork Museum ?

salle usine20e mezin

The Cork Museum shows a collection of 100 tools and machines dated from 1870 to 1960. Discover the world of the cork, from the process of barking in the forest to the corks's manufacturing. Discover the corkmaker's machines and their technical developments !

 

 

Opening times

April, 1 to may, 31 : From tuesday to friday and sunday : 2pm - 6pm

June, 1 to september 30 : From tuesday to friday : 10am-12:30pm / 2pm - 6pm - From saturday to monday : 2pm - 6pm.

October, 1 to 31 : From tuesday to friday : 2pm-6pm.

November, 1 to march 31 : on reservation.

Entrance fees

Adults : 4€ - Teenagers (14-17) : 2 € - Children (0-13) : free - Groups of adults (10 people at least) : 3,5€

carte 47 ret

How to reach us : 

N 44.0565° - E 0.2562°

L'histoire du musée

Une reconquête de la mémoire :

Conservation et valorisation d’un patrimoine unique

 Au Sud-ouest du Lot-et-Garonne, en terre d’Albret, aux marges de la forêt des Landes de Gascogne, la ville de Mézin possède un riche patrimoine mobilier et immobilier qui témoigne de l’activité bouchonnière dans la cité et traduit l’importance économique du liège dans le développement de la région depuis le début du XVIIIème siècle. Depuis plus de vingt ans, la municipalité est engagée dans la conservation et la valorisation de ce patrimoine, consciente du nécessaire devoir de mémoire face à une industrie aujourd’hui en grande difficulté, consciente également des possibilités de développement culturel et touristique que recèle cette citée rurale médiévale de 1500 habitants.

Un Musée fondé en 1983 par une équipe associative

Le tout premier Musée du Liège et du Bouchon s’ouvre en 1983, avec le concours d’une équipe associative, dans l’ancienne école désaffectée de la ville. Il permet de présenter au public le fruit d’une collecte, engagée depuis plusieurs années, de machines et d’outils ayant servi à la fabrication des bouchons de 1870 à 1950. Quatre-vingts ans d’activité bouchonnière et de transformation du liège, issu d’un arbre endémique, le quercus suber ou chêne liège, dont la culture disparaît au milieu du XIXème siècle avec la conquête des Landes par le pin maritime.

levee ecorce college 8sep2010 031Levée d'écorce.

Dès lors, il proviendra de Kabylie, puis après l’indépendance de l’Algérie, d’Espagne et surtout du Portugal, aujourd’hui premier exportateur européen (750 000 ha de forêt exploitée, 54% de la production mondiale). Néanmoins, le savoir-faire, les machines, la main d’œuvre ont permis le maintien de l’activité de transformation de la matière brute. Aujourd’hui, il reste 4 entreprises en Lot-et-Garonne (une à Agen et trois à Lavardac), représentant une soixantaine d’emplois. Il existait 35 bouchonneries dans la seule ville de Mézin en 1906.

Le nouveau « Musée du Liège et du Bouchon »

La création d’une conservation départementale du patrimoine au sein du Conseil général en 1994 donnera l’impulsion nécessaire à la mise en œuvre de la restructuration du musée souhaité par la municipalité. Ce travail, engagé à partir de 1996, permettra d’ouvrir le musée actuel trois ans plus tard. Le programme, réalisé par le conservateur départemental, en concertation avec l’association de gestion du musée (Association historique et culturelle du Mézinais), la Direction des Affaires culturelles d’Aquitaine et les professionnels du liège, s’est structuré à partir d’une collection composée essentiellement d’outils et de machines. Il s’est appuyé sur deux études documentaires qui ont permis de compléter l’approche scientifique (étude ethnologique, inventaire général).tri des bouchonsTri des bouchons

L’ambition culturelle du projet appelait au développement d’une véritable professionnalisation de l’équipe, placée sous la tutelle scientifique du conservateur départemental. La création d’un emploi d’assistant qualifié du patrimoine au sein de la municipalité et celle d’un agent de développement touristique pris en charge par l’Association historique et culturelle du Mézinais permettent aujourd’hui d’afficher un véritable résultat : en terme d’action culturelle, en particulier autour du jeune public, et en terme de fréquentation, avec une augmentation significative des visiteurs passés de 3 000 en 1998 à 7 600 en 2005.

L’appellation « Musée de France » obtenue en 2006

L’appellation « Musée de France » (créée par la loi du 4 janvier 2002) s’inscrit dans l’histoire du musée et dans sa stratégie de développement. C’est une marque de reconnaissance de l’intérêt scientifique nationale de la collection du musée. Tout « Musée de France » s’engage à conduire les missions suivantes :

  • Conserver, restaurer, étudier et enrichir les collections

  • Rendre les collections accessibles au public le plus large

  • Concevoir et mettre en œuvre des actions d’éducation et de diffusion visant à assurer l’égal accès de tous à la culture

  • Contribuer aux progrès de la connaissance et de la recherche ainsi qu’à leur diffusion.

Le Musée du liège et du bouchon fait partie des six « Musées de France » du département avec les Musées d’Agen, de Marmande, de Sauveterre-la-Lémance, de Villeneuve-sur-Lot et celui du château de Nérac.

Parcours dans le musée

bouchons titre mezin

musee exterieur

Le musée est installé dans une ancienne école...

Le Musée du liège et du bouchon est né au début des années 1980, par la volonté d’anciens bouchonniers et de Mézinais de valoriser l’histoire de l’activité bouchonnière locale qui avait alors quasiment disparue. Installé dans une ancienne école de la fin du 19e siècle, il connaît une restructuration importante entre 1996 et 1999, coordonné par le Service Patrimoine et Culture du Conseil départemental du Lot-et-Garonne. Le parcours muséographique, élaboré par un comité de pilotage composé d’historiens, de spécialistes du patrimoine et de professionnels du liège, se présente aujourd’hui ainsi.


bouchons liege

Un illustre mézinais :
Armand Fallières (1841-1931)

Dès le début, le musée vous plonge dans l’ambiance d’un évènement marquant de l’histoire mézinaise: l’arrivée du Président de la République Armand Fallières, enfant du pays, en 1906.
Tout Mézin s’est mis sur son trente-et-un ! C’est l’occasion pour les bouchonniers, maîtres de l’économie locale, de montrer leur savoir-faire en érigeant deux arcs de triomphe en liège aux entrées de la ville.

armand fallieres 65 ansfallieres mezinL’arc de triomphe en liège est une reproduction réalisée avec les photographies de la fête présidentielle du 1er octobre 1906

bouchons liege

foret mezin

Une forêt de chêne-liège au musée du liège...


Apprenez à reconnaître le liège mâle et le liège femelle grâce à la « suberaie1 » du musée ! Elle rappelle que cette essence pousse naturellement dans le Sud-Ouest et qu’elle était abondamment exploitée jusqu’à la loi du 19 juin 1857, Napoléon III rendant obligatoire la production du pin maritime pour les communes du massif landais. Le pin, dont la production est plus rentable, détrône le chêne-liège, dont l’intérêt est pourtant aujourd’hui remis sur le devant de la scène pour ses atouts environnementaux.

bouchons liege

 

L’atelier de fabrication des bouchons à la fin du 19e siècle

1880 mezin2

Comment fabriquer un bouchon ? Au début du 19e siècle, c’était un travail entièrement manuel : autant dire qu’il fallait bien aiguiser son couteau ! La Révolution industrielle et l’introduction de machines : la tireuse en bande, la machine à rabot... permet de travailler beaucoup plus vite.

Certaines tâches sont réservées aux hommes (le bouillage de l’écorce, la découpe du liège en bandes et en carrés, le lavage des bouchons), et les autres aux femmes (former le bouchon, trier les bouchons). De grandes reproductions d’ateliers de bouchonniers permettent de mettre un visage sur ces ouvrières et ouvriers.

rabotLa machine à rabot s’inspire du rabot de menuisier
paniere triageUne panière en osier pour trier les bouchons (à d.)

bouchons liege

Des bouchons expédiés partout dans le monde !

Au 19e siècle, le réseau de circulation routier est encore peu développé. Les échanges commerciaux se font par voies navigables : la Baïse et la Garonne. Depuis Mézin, les bouchons et autres produits locaux (farine, vin et eau de vie, pains de résine ou térébenthine, pierre de Vianne et de Nazareth etc) sont amenés au port de Lavardac puis chargés sur des gabarres halées par des chevaux. A Saint-Léger, les bateaux rejoignent la Garonne pour atteindre le port de Bordeaux, plaque tournante d’échanges commerciaux avec l’étranger.
De 1894 à 1957, c’est le chemin de fer qui permet vraiment de «désenclaver» le Mézinais et jusqu’au développement du transport routier.

bouchons liege

Vers la mutation des entreprises : l’ère industrielle

machineA la fin de la seconde guerre mondiale, c’est une « seconde Révolution industrielle» qui transforme les ateliers de bouchonniers en véritables usines : machines, électricité, mécanisation des tâches permettent l’essor de la production de masse! Avec la tubeuse, qui contracte les étapes du coupage en bandes et du tournage2, un ouvrier peut fabriquer 20 000 bouchons par jour !

tubeuse salle usine20e mezinLa tubeuse

 

A Mézin, dans les années 1930, quatre entreprises se partagent l’essentiel de l’activité: les usines de Gaston Dussaubat, celles de Roland Buzet, la Manufacture mézinaise de bouchons Antonin Buzet et la maison Joseph Sourbès.

begue.sourbes

bouchons liege

placards 1 mezinLe liège, un matériau extraordinaire

Le liège est un matériau qui ne manquera pas de vous surprendre. Depuis l’Antiquité, nous l’utilisons abondamment pour ses nombreuses propriétés : sa légèreté (il est composé à 90% d’air), ses pouvoirs d’isolant thermique et phonique et son incroyable résistance au feu !

Le musée vous invite à ouvrir les portes de ses mystérieux placards qui témoignent de la diversité de ses usages : du bouchon de pêche au chapeau colonial, des objets décoratifs aux instruments de musique, des œuvres d’art aux composants de la fusée Ariane...

D’ailleurs, dans le tout nouvel outil de visite sur Ipod Touch, pour enfants de 7 à 11 ans, le liège, c’est le super-héros de l’histoire de Mézin !

 

 


1 Suberaie : provient du latin « quercus suber » qui signifie « chêne-liège ». La suberaie est la forêt de chêne-liège. Syn. : surède.

2 Pour fabriquer un bouchon à partir d’une plaque de liège, il faut découper celle-ci en plusieurs bandes. Puis, ces bandes sont coupées en carrés à l’intérieur desquels on découpe la forme du bouchon : cette étape est appelée le « tournage [des bouchons] ».

A voir dans cette rubrique :

Agenda

Vide Bib 2019. Final.jpg
13
Déc
MÉZIN - Bibliothèque municipale Jean LARAIGNOU
05 53 65 07 57
Vide Bib 2019. Final.jpg
14
Déc
MÉZIN - Bibliothèque municipale Jean LARAIGNOU
05 53 65 07 57
Vide Bib 2019. Final.jpg
15
Déc
MÉZIN - Bibliothèque municipale Jean LARAIGNOU
05 53 65 07 57
LE CONTE DE LUCIA -.jpg
15
Déc
MÉZIN -Théâtre Côté Cour
05 53 65 10 47

 Tout l'agenda